Rechercher

Notre corps est notre meilleur guide

22 septembre 2021

Les chercheurs en psychologie ont prouvé que l’inconscient est pour nous comme le côté immergé d’un iceberg.

Nous pensons contrôler notre vie, mais en réalité c’est notre inconscient qui contrôle nos réactions à 90%. Nos émotions sont le reflet de notre inconscient. Il a été prouvé récemment que les émotions n’étaient pas à l’origine des réactions de notre corps mais que notre corps réagissait d’abord par des crispations au niveau des fascias et qu’ensuite, le cerveau génère les émotions en fonction de ces crispations.




Notre corps donc, est la machine la plus pointue au monde pour nous prévenir quand quelque chose ne va pas.




Mais il y a un gros problème : Au fil des siècles, nous avons appris à ne plus écouter notre corps. A ne plus écouter nos sensations physiques. Nous sommes assaillis par tellement d’informations que celles de notre corps sont noyés dans le flot.

Que fait donc notre corps dans ces cas-là ? il crie plus fort et encore plus fort, pour attirer notre attention et ce jusqu’à ce qu’il soit écouté.


Réapprenons à écouter notre corps


Dans mon cas, il s’est avéré que mes maux de ventre n’étaient que le résultat d’émotions non gérées chez moi. C’était comme si mon corps encaissait le stress que je n’arrivais pas à gérer et le recrachait sous forme de douleurs quand il arrivait au summum du supportable. Chez une autre personne, une telle situation aurait pu se traduire par un mal de dos, ou encore des maux de tête ….


Le corps sait nous parler, alors réapprenons à l’écouter. Il nous guidera. La maladie, c’est le Mal a dit

Une discipline peu connue et pourtant très intéressante a vu le jour, le décodage biologique.


En étant attentif aux changements dans votre corps, vous serez surpris de voir à quel point il peut nous guider.




Pour étoffer mon propos, voici une anecdote :

Il y a quelques années, je vivais une situation assez inconfortable au niveau professionnel. J’étais de plus en plus mal dans mon travail. Mes valeurs étaient bafouées un peu plus tous les jours. J’ai commencé à avoir mal à la cheville gauche, j’ai mis ce problème sur le compte du sport que je pratique. Quelques jours plus tard, j’ai commencé à avoir mal au genou gauche. Je commençais à être un peu plus attentive, mais c'était sûrement le sport. Ensuite, ce fut l’épaule gauche et un matin je me suis réveillée avec le cou coincé … à gauche bien sûr. Enfin, j’ai écouté mon corps et pris RDV chez ma thérapeute préférée. Nous avons bien ri quand elle m'a vu arriver. En sortant, je n’avais plus mal nulle part et nous avions travaillé sur mes tensions au travail.


Une douleur quelque part ? Symptôme d’une tension dans votre conscience, d’une émotion mal gérée.


Une douleur est un symptôme et non le résultat d’un problème. Quand on change de perspective et que l’on essaye de comprendre ce que le Mal dit, alors on peut commencer à travailler sur l’origine ou du moins à se libérer de ce qui entrave notre bon fonctionnement.

Quand une douleur devient répétitive, c’est généralement à ce moment que l’on prend conscience que nous avons un problème. La plupart des gens vont prendre un cachet pour que ça passe et ignorer la douleur.



C’est ce que j’ai fait à l’époque, j’ai ignoré. Nous avons tous une énorme capacité à ignorer les choses qui nous demandent une introspection ou du moins de regarder les choses en face.

Et ce dans tous les domaines, bien sûr, sinon ce n’est pas drôle.



Dans n’importe quel domaine, si la situation dans laquelle vous êtes vous plaît de moins en moins, jour après jour, vous trainez la patte mais vous y restez (dans la situation) sans aucun enthousiasme, vous vous fanez petit à petit … jusqu’au jour où cela devient insupportable. Si vous ne faites rien, il n’y a aucune raison pour que cela change, si vous ne décidez pas que vous en avez assez, si vous n’avez pas le déclic, vous continuerez à subir cette situation et un jour, ce sera trop.


Plus l’on attend pour prendre en compte une tension, un mal-être, une douleur, plus elle va s’intensifier jusqu’à devenir insupportable.


Bien sûr, il n’est pas toujours évident de comprendre ce qui se cache derrière et d’ailleurs, est-ce important ? Pour certaines personnes, oui, cela les aide à comprendre ce qu’elles doivent changer. Pour d’autres, l’important est ailleurs, l’important est d’aller mieux.


Savoir quoi changer, parfois, ne suffit pas. Entre savoir quoi faire et le faire, il y a un grand pas. Pourquoi, parce que si vous décidez de faire quelque chose et que votre inconscient lui veut faire autre chose, vous aurez un conflit intérieur et vous devrez faire appel à votre volonté. Malheureusement, au bout d'un moment, cette volonté s'essouffle. D'où la nécessité de travailler au niveau de l'inconscient pour se donner toutes les chances.


Selon votre caractère, votre ouverture d’esprit, votre mode de fonctionnement, l’approche que vous choisirez sera différente de celle du voisin.

De nos jours, il existe une multitude de techniques de soins. Je vais en aborder et en détailler quelques-unes dans les prochains articles. Chaque technique a une approche différente. Chaque technique travaillera à un niveau différent.

La démarche est la même quel que soit le domaine.


Quelques expressions intéressantes


Souvent, les expressions courantes sont un bon indicateur de la problématique cachée derrière un symptôme.

  • J’en ai plein le dos ! Parfois, souvent même, une personne qui souffre de mal de dos chronique en a plein le dos.

  • Nez bouché ? Vous avez quelqu’un dans le nez, vous ne pouvez pas sentir une situation, une personne ?

  • Une otite ? Qu’est-ce que vous ne voulez pas entendre ?

  • Mal à la gorge ? Qu’est-ce que vous ne dites pas ?

  • Mal au genou ? Un problème entre le "Je" et le "Nous", une situation dans laquelle vous ne voulez pas plier ?

Celles-ci ne sont que des exemples, mais souvent les mots que nous employons sont révélateurs. Demandez à un ami, si vous répétez souvent quelque chose, vous serez surpris de constater à quel point les mots que nous utilisons sont le reflet de nos douleurs ou nos malaises.


N’attendez pas d’être au bout du rouleau ou de développer une douleur chronique pour agir !


Plus vous attendez pour réagir, plus une problématique peut s’installer et plus elle peut être difficile à déloger. J’ai bien dit « peut ».

En effet, j’ai dit plus haut que notre inconscient régit 90% de nos réactions. C’est donc par l’inconscient qu’il faut passer. Et si vous visez juste et qu'il n'y a qu'une origine, le problème peut disparaitre rapidement, même s'il est installé depuis longtemps.


J'ai déjà constaté dans ma pratique que des phobies ou des allergies installées depuis très longtemps peuvent disparaitre en une, deux ou trois séances.


La volonté n’a rien à voir dans la solution d’une problématique récurrente, sinon, vous l’auriez déjà trouvé ... la solution !

La solution n’est pas non plus à l’extérieur, parce que si vous attendez de l’extérieur une solution à votre problème, vous attendrez probablement longtemps.



Notre corps est donc notre boussole pour nous guider dans la vie. Si nous savons l’écouter, c’est un outil merveilleux. À travers notre corps, notre inconscient nous parle.




Le problème de notre société c’est que non seulement, nous avons appris à ignorer les réactions de notre corps, mais également à le faire taire par le biais de prise de médicaments qui va faire disparaitre les symptômes ou les douleurs. Je ne dis pas qu’il ne faudrait pas prendre de médicaments mais plutôt qu’il faut les prendre en conscience.


Si nous cherchons la raison d’un mal-être, d’une douleur ou d’une émotion désagréable, rien ne vous empêche de soulager ce mal-être, cette douleur ou cette émotion par un médicament mais prenez conscience que ce médicament est une béquille. Il va vous soulager, peut-être même faire disparaitre complètement le problème, mais l’origine du problème n’aura pas été traitée.



Il y a donc de fortes chances que votre corps vous parle à nouveau, de façon un peu plus pressante.



Alors, autant mettre toutes les chances de votre côté pour en finir définitivement avec une problématique récurrente et éviter qu'elle ne revienne de façon plus intense.


S’occuper de soi c’est faire de la prévention pour sa santé !




Quand on commence à s’intéresser aux réactions de son corps et qu’on ne le considère plus comme un automate qui doit marcher au doigt et à l’œil, de façon optimale, sans prêter attention au carburant qu’on lui donne que ce soit l’alimentation, les émotions, l’environnement, il devient notre meilleur allié.


C’est ce qui s’est passé pour moi. Je sais aujourd’hui que quand mon corps crie c’est que quelque chose ne va pas.


Alors bien sûr, comme tout le monde, je ne l’entends pas toujours du premier coup, mais je suis beaucoup plus attentive qu’il y a une vingtaine d’années.


Cela ne m’empêche pas d’avoir des petits soucis de santé comme tout le monde, mais une fois la prise de conscience établie, généralement, ce n’est qu’une question de temps pour que mon corps retrouve un fonctionnement optimal.


L’approche par le corps


Ce que je viens d’expliquer est ce que j’appelle l’approche par le corps. Le point d’entrée pour travailler en profondeur et se libérer, ce sont les symptômes physiques, les douleurs et autres inconforts que l’on ressent au niveau de son corps.


Ces problèmes sont bien souvent le reflet d’une problématique inconsciente. Même quelqu’un qui se casse une jambe, il y a une raison derrière autre qu'il a marché dans un trou.


Cette approche est très indiquée pour ceux et celles qui n’arrivent pas à décrire leurs maux émotionnels. Ceux qui disent souvent, je suis patraque, je suis barbouillé, je ne sais pas ce que j’ai. Bien souvent, pour ces personnes-là, il est beaucoup plus facile de décrire leurs symptômes physiques que leurs émotions ou les situations qu’ils ont du mal à gérer émotionnellement.


Alors bien sûr, le corps peut se dérégler pour bien d’autres raisons, comme par exemple, l’alimentation. Si l’on mange mal, on prend le risque de dérégler la machine. Mais pourquoi mangeons-nous mal ? L’inconscient a bien des moyens de se faire entendre, et derrière tout symptôme, il y a un comportement qui conduit à ce symptôme et derrière tout comportement toxique il y a un blocage.


L'approche par le corps signifie que la base de travail quelle que soit la thérapie employée sera les maux physiques de la personne.


Expériences/Exercices


Exercice : Liste de vos maux physiques avec vos mots




Je vous propose un exercice simple. Si vous prenez le temps de le faire, cela vous servira de base pour la suite, de la même façon que le bilan. Utilisez votre cahier.




  1. Listez vos inconforts et douleurs physiques. Passez en revue votre corps des pieds à la tête.

  2. N’oubliez pas les symptômes internes – maux de tête, problèmes digestifs, mal de dos …

  3. Essayer de trouver un lien entre ces symptômes en vous appuyant sur l’un des livres que je vous propose pour aller plus loin.

  4. Identifier une problématique : vous pouvez vous faire aider.

  5. Pensez aux ostéopathes : Si votre ostéopathe vous remet toujours les mêmes vertèbres ou travaillent toujours sur la même problématique, cela est une indication.

Quand vous aurez travaillé sur une problématique en profondeur, révisez votre liste.


Informations sur l’exercice :

Quand l’utiliser ? Quand vous ne savez pas par quel bout commencer.

Fréquences : Tous les mois. Si vous n'arrivez pas à distinguer vos maux récurrents des autres

Temps : 5 minutes

Difficulté : Facile

Efficacité : C'est un bon point de départ surtout pour les personnes qui ont tendance à attendre que ça passe.

Mon avis : Je trouve cet outil très intéressant et il est bon de le faire régulièrement en prévention et pour maintenir son état de santé.


Expérience : Le Scan corporel


Cette méditation est la première que l’on fait dans le cadre de la formation de pleine conscience. Elle est très indiquée pour reprendre contact avec son corps.


Ma préférée est celle de John Kabat-Zinn avec la voix de Bernard Giraudeau : Scan Corporel mais vous en trouverez bien d'autre si vous cherchez.


Intégrer cette méditation dans votre agenda pendant une semaine. Ensuite, revoyez votre liste.


Noter que j'ai dit Intégrer et pas juste faites cette méditation quotidiennement. Si vous faites cette méditation quand vous avez le temps, vous ne la ferez qu'une ou deux fois, mais si vous l'intégrer dans votre agenda, vous la ferez plus régulièrement.


D’ailleurs je parlerai plus en détail de la Pleine conscience dans un autre article.


Informations sur l’exercice :

Quand l’utiliser ? Utiliser cette méditation quand vous avez l'impression de perdre pied dans votre quotidien, elle vous permettra de vous ancrer et d'être présent.

Fréquences : Je recommanderai de la faire au moins pendant une semaine tous les jours et ensuite à la fréquence qui vous convient.

Temps : 35 minutes

Difficulté : Facile même si vous vous endormez.

Efficacité : Très efficace pour faire baisser la tension et revenir au présent.

Mon avis : J'adore cette méditation car on en ressort vraiment détendu, c'est comme si tous vos soucis reprenaient leur juste place.


Pour aller plus loin je vous invite à lire :

Livre : Le grand dictionnaire des malaises et des maladies - Jacques Martel

Livre : Dis-moi où tu as mal, je te dirai pourquoi - Michel Odoul

Livre : Tout peut être guéri – Martin Brofman


À bientôt


Nathalie

22 vues0 commentaire